Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La délicieuse Aphrodisias

05.JPG

Le tétrapylon marquait, pour les pèlerins, l'accès au sanctuaire d'Aphrodite

 

Ce serait vraiment dommage, surtout à l'occasion d'un voyage à Pamukkale, de faire l'impasse sur la visite d'Aphrodisias, la plus belle et de loin, des cités de Carie. Elle en fut d'ailleurs la capitale à partir du 3e siècle.  Au 4e siècle, un tremblement de terre suivi d'une inondation détruisit la majeure partie de la cité.  Avec la forte implantation du Christianisme durant l'Antiquité tardive, le culte d'Aphrodite fut interdit, puis abandonné ; à la fin de la période Byzantine la ville fut rebaptisée Stavrapolis, la Cité de la Croix, et le temple fut transformé en église...

36.JPG

Le théâtre d'Aphrodisias

 

J'étais arrivé au bout du voyage, tout au moins de celui que je m'étais fixé en ce mois de septembre. Ne souhaitant pas "m'attaquer" aux côtes Lydienne et Pamphylienne (que vous découvrirez en juin prochain) je décidais alors de me diriger plus au nord-est pour aller découvrir Aphrodisias et Pamukkale.

Aphrodisias a de particulier d'être plus romaine que grecque : si les origines de la première colonie remonteraient au 3e millénaire av.J.C, la ville ne devint importante qu'à partir de l'époque de l'Empereur Auguste (27 av.J.C-14 ap.J.C), date à laquelle on commença à construire les principaux bâtiments publics.

De plus, le site est assez compact et facilement visitable ; il offre en outre un ensemble très complet et cohérent (stade, théâtre, bouleutérion, tétrapylon, bains, agora, basilique civile, sébasteion et autres temples dont celui d'Aphrodite), sans oublier bien sûr un remarquable musée.

Si l'on ajoute enfin qu'Aphrodisias est plutôt boudée des hordes de touristes qui envahissent chaque jour Pamukkale, à moins de 100km de là, toutes les raisons sont réunies pour aujourd'hui s'y précipiter...

28.JPG

Si le bouleutèrion (l'odéon) servait aussi de scène de spectacle, il était avant tout le siège de la boulè, l'assemblée restreinte de citoyens chargés des affaires courantes de la cité.

44.JPG

L'agora "sud" était doté d'un somptueux bassin long de 175 mètres. Ce dernier, relié au thermes d'Hadrien avait sans doute, en plus de son rôle décoratif, une fonction de réservoir...

68.JPG

 Le Sébasteion, mis à jour en 1979, était un complexe religieux dont les deux étages encadraient un chemin processionnaires de 90 mètres de long. C'est à ses pieds que les archéologues ont excavé, presque intacts,  70 des 120 bas-reliefs qui le décoraient. On peut à présent les découvrir au musée, dans une salle magnifique...

69.jpg

 

Retrouvez l'album   Aphrodisias

Écrire un commentaire

Optionnel