Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musées

  • Le Musée Rezan Has

    14.jpg

    L'histoire de ce musée commence en 1884 quand le gouvernement ottoman, qui souhaite monopoliser l'industrie du tabac, décide d'installer ici, à Cibali (un des quartiers de Fatih, à l'ouest de la Corne d'or), une grande manufacture de tabac.

    Des intérêts privés, d'abord grecs puis français, géreront la manufacture jusqu'en 1925, date à laquelle le tabac devient monopole d'état. C'est la société Tekel (la "Seïta" turque) qui occupera alors les bâtiments jusqu'à leur abandon au début des années 90.

    39.jpg

    Lire la suite

  • Le Musée de la Banque

    21.JPG

    Le Musée de la Banque n'a, il faut bien l'avouer, rien en soit de bien exceptionnel ; mais comme il est à deux pas du débarcadère d'Eminönü, de la Mosquée Neuve ou encore du Bazar Égyptien et qu'en plus l'entrée est libre, il serait dommage de ne pas en pousser la porte !

    Le rez-de-chaussée de l'édifice est généralement consacrée à une exposition temporaire ; celle du moment raconte les prémices de la révolution menée par Atatürk à partir de 1919, il y a donc tout juste cent ans ! Malheureusement, les explications sont uniquement en turc, ce qui gâche un peu cette première visite...

    La "Türkiye İş Bankası" (la Banque Turque du Travail) fut le premier établissement bancaire de la jeune république turque, créé en août 1924 à Ankara par, cela va de soit, le Président Président Mustafa Kemal Atatürk, quelques mois seulement après la proclamation de la République en octobre 1923.

    04.JPG

    La succursale stambouliote (qui abrite aujourd’hui le Musée) prit place en 1927 dans ce bâtiment tout de rose vêtu construit en 1892.
    Réaménagé et ouvert au public il y a une dizaine d'année, ce petit musée donne une idée de ce à quoi pouvait ressembler une banque turque au début du 20e siècle, avec ses guichets au rez-de-chaussée, ses bureaux à l'étage et sa salle des coffres au sous-sol (qui malheureusement n'était pas accessible le jour de ma visite !).

    Ici règne le marbre blanc, le bronze et le bois vernis, sans oublier à l'étage la galerie de portraits de grands banquiers du 20e siècle, assez convenus dans leurs jolis cadres dorés...

    Sont également présentées quelques étranges machines à compter datant des années 1950, ou bien encore cette drôle de collection de petites tirelires...

    20.JPG

    Le petit album est ici

  • Le Musée de l'histoire des sciences et techniques en Islam

    08.JPG

    Encore un musée ignoré par la presque totalité des touristes, par trop épuisés après les visites de Sainte-Sophie, de la Mosquée bleue, du Grand Bazar, de la Citerne Basilique, ou bien encore du Palais de Topkapı en contrebas duquel se trouve d'ailleurs le-dit Musée de l'histoire des sciences et des techniques en Islam.

    Pourtant, ce dernier, ouvert en 2008 dans les anciennes écuries impériales sises dans le parc de Gülhane et très joliment scénographié, réserve son lot de surprise, surtout pour qui ne comprend guère la sciences des mesures, qu'elle soit du temps ou de l'espace.

    Dont bien entendu, en premier lieu, votre humble serviteur :)

    01.JPG

    Lire la suite

  • Le Musée du Bain Turc et l'Arche de Théodose Ier

    02.JPG

    Le Musée du Bain Turc et les vestiges de l'Arche de Théodose Ier se trouvent tous deux à moins de quatre cents mètres du Grand bazar, entre les stations de tram Çemberlitaş et Lâleli.

    Le "Bayezid Türk Hamam Kültürü Müzesi", hammam construit sous le règne de Bayezid II (1447-1512, huitième Sultan Ottoman), à récemment été restauré puis transformé en musée.

    15.JPG

    On peut à loisir (et gratuitement !) y déambuler à travers une vingtaine de pièces toutes élégamment recouvertes de marbre gris et ornés de bassins d'origine.

    35.JPG

    De nombreuses vitrines, des panneaux explicatifs et même, ici et là, des parties de l'édifice restées dans leurs jus, nous racontent l'importance que les Ottomans donnaient au cérémonial du hammam ("bain turc" ou "bain maure" pour les occidentaux), devenu d'ailleurs dès le 7e siècle un élément constitutifs de la cité islamique, avec la mosquée et le souk.

    07.JPG

    A l'extérieur du Hammam, juste de l'autre côté de l'avenue ou passe le tram, se trouvent les vestiges de l'Arche de Théodose Ier qui ornaient le Forum éponyme et dont il ne reste aujourd'hui que quelques pierres et des fragments de fûts décorés de motifs de "larmes", les mêmes que l'on retrouve sur de nombreuses colonnes de la Citerne Basilique.

    12.jpg

    Les ruines de cette arche, qui était sans doute surmontées des statues de l'empereur Théodose (dernier empereur à régner sur l'Empire romain unifié) et de ses deux fils Arcadius et Honorarius, se trouvent au pied d'un grand bâtiment en pierres blanches et briques rouges : le Simkeşhane.

    De la prise de Constantinople en 1453 jusqu'au milieu du 17e siècle, c'est dans cet édifice que sera frappée la monnaie de tout l'Empire !

    09.JPG

    L'album photo se trouve ICI 

  • Le Musée des Mosaïques du Grand Palais

    15b.jpg

    C'est en plein cœur de la cité historique, en contrebas de la Mosquée Bleue que l'on découvre ce petit musée, unique à Istanbul, et qu'il serait dommage d'ignorer tant sa visite peut être facilement couplée avec celle des monuments phares de Sultanahmet ! 

    Unique d'abord par sa conception car il a été construit de manière à intégrer directement les pavements en mosaïque découverts dans la cour de l'ancien Grand Palais impérial (certaines échoppes touristiques autour du musée conservent elles aussi quelques traces des ces mosaïques !). C'est à ce jour l'un des plus importants ensembles de mosaïques "civiles" du 5e et 6e siècle conservées in situ.

    Les sujets traités par les artistes sont eux aussi exceptionnels : exit les thèmes religieux (comme à Sainte-Sophie ou Saint-Sauveur in Chora), les mosaïques du Grand Palais, plutôt romaines d'ailleurs que byzantines, nous racontent la vie quotidienne, les animaux (et la chasse !), la nature en générale avec une pointe de de mythologie.

    10.jpg

    L'album photo est ICI 

  • Le tekke-musée Mevlâna de Galata

    49.jpg

    Afin de compléter le précédent post, je souhaitais vous présenter le Musée Mevlâna du Tekke de Galata.

    Le tekke est le nom que l'on donne en Turquie (et dans quelques pays de l'ex-Empire Ottoman") à un établissement religieux de type "monastère" dans lequel on retrouve notamment, en plus des espaces réservés au logement et à l'éducation des novices, une salle de prière et un "semahane", la grande salle où se déroule la cérémonie du "sema".

    Le Tekke de Galata, fondé en 1491, est le plus ancien d'Istanbul et fût dès son origine destiné à la confrérie des derviches tourneurs. Détruit par deux fois (lors du tremblement de terre de 1509, puis par un incendie en 1766), il fut reconstruit dans le style baroque de l'époque, même si l'aspect extérieur reste résolument sobre.

    52.jpg  

    Lire la suite

  • Antalya, sa vieille-ville, son musée

    05) Musée _02.jpg

    Les chutes de Düden se jettent... dans la mer !

    Autant vous le dire d'emblée, si la découverte d'Antalya n'était pas vraiment à mon agenda, cela restait pourtant le meilleur endroit pour rayonner alantour, d'Aspendos à Sidé, et de Pergé à Termessos.

    Il faut dire que j'avais de la ville une image plutôt négative (et malheureusement en partie justifiée) : celle d'une riviéra surpeuplée six mois de l'année par neuf millions de touristes accro au "all inclusive" proposé par des dizaines de ressorts gigantesques dont les piscines sont parfois justes hollywoodiennes !

    04) Antalya 02.jpg

    La porte d'Hadrien, 2e siècle

    Lire la suite

  • Le Musée Militaire d'Istanbul

    21.jpg

    Le Musée Militaire D'Istanbul (Askeri Müzesi) se trouve dans le quartier d’Harbiye, à 300 mètres de la station de métro Osmanbey ; Crée en 1726, c'est le plus ancien musée d’Istanbul. Il se situait à l'origine dans l'enceinte du Palais de Topkapı, et plus précisément dans l’Église Sainte-Irène, première cathédrale de Constantinople avant la construction de la Sainte-Sophie. 

    Le Musée militaire fut déplacé dans le bâtiment actuel en 1959, puis ouvert au public à partir de 1993.

    16.jpg

    Le bâtiment a été construit en 1841 pour abriter une académie militaire ; Mustapha Kemal Atatürk y a été formé, et une reconstitution permet d'imaginer sa salle de classe...

    Il comporte sur deux nivaux de très nombreuses salles où sont présentés, outre des tableaux panorama géants, plus de 10 000 armes, pièces d'armures et autres objets ayant trait à l'histoire militaire depuis les Huns d'Attila jusqu'à  la Seconde Guerre Mondiale, en passant bien entendu par la Bataille des Dardanelles ou bien la Guerre d'Indépendance turque.

    15.jpg

    Quelques dizaines de mètres de la fameuse chaîne qui barrait l'estuaire de la Corne d'or lors de la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453.

     

    L'album du Musée Militaire (ICI)

  • Les Palais de Küçüksu et Beylerbeyi

    A l'occasion d'un petit tour sur le Bosphore, il serait dommage de rater la visite du Palais de Beylerbeyi qui, artistiquement, est largement aussi intéressant que son "grand frère", le Palais de Dolmabahçe.

    Le petit Palais de Küçüksu, quant à lui, vaut surtout le détour pour sa riche décoration extérieure.

    Dans les deux endroits, il est malheureusement interdit de faire des photos d'intérieur, ce que je trouve personnellement plutôt stupide, et pas vraiment dans l'air du temps...

    00b.jpg

    Le Palais de Küçüksu que nous découvrons aujourd'hui a pris la place, en 1857, d'un palais construit en bois au siècle précédent et qui servait principalement de relais de chasse. Les ornementations des façades seront ajoutées quelques années plus tard.

    Au début de l'époque républicaine, c'est au Palais de Küçüksu que l'on logeait les invités d’État.

    Lire la suite

  • Le Musée Rahmi M. Koç

    03.jpg

    Vous prenez 25 000 m² d'anciens docks industriels (ainsi qu'une fonderie ottomane d'origine byzantine) sur la rive Est de la Corne d'Or et vous y installez des centaines de voitures, d'avions, de bateaux, de trains, de tracteurs, et puis un char et un sous-marin. Vous rajoutez quelques milliers des mêmes (mais cette fois-ci en miniature), puis des moteurs, des bielles et des pistons, des ancres, des machines outils, des jouets et des maisons de poupée, et aussi quelques souvenirs d'Atartürk. Vous secouez bien le tout, que vous décorez avec moult maquettes et objets divers du monde de l'astronomie, de la photo, du cinéma, de l'imprimerie, de l'informatique, de l’ingénierie, de la radio et de la télévision : vous obtenez alors le Musée Rahmi M. Koç !43.jpg

    On doit en effet l'essentiel (je ne suis pas certain que les maisons de poupée soit de son fait !) de cette unique et inclassable collection à ce milliardaire, aujourd'hui âgé de 88 ans et principal héritier de l'empire Koç légué par son père. La Koç Holding est le plus gros conglomérat  de Turquie et emploie aujourd'hui plus de 90 000 salariés !

    16.jpg

    C'est semble t-il en visitant le Musée Ford de Détroit (Michigan), lors de ces études aux États-Unis, que Rahmi Koç, collectionneur de trains miniatures depuis l'enfance, eut l'idée de créer un lieu dédié à l’histoire du transport, de l'industrie et de la communication.  Le musée a été construit en plusieurs phases qui ont été ouvertes au public entre 1994 et 2007.

     

    L'album : Le Musée Rahmi M. Koç

  • Le Musée de la Marine

    02.jpgOn trouve le Musée de la Marine à Beşiktaş, à quelques centaines de mètres du Palais de Dolmabahçe.

    J'ai lontemps tergiversé pour allez y faire un tour, tant je m'attendais à un étalage d'artefacts se réfèrant uniquement à la chose militaire, exaltant cette corde qui n'est définitivement pas la mienne !

    Mais non, il nen est rien ! En tout cas, par pour le moment !

    Le musée est en effet en rénovation depuis des années, et le nouveau bâtiment que l'on visite aujourd'hui, commencé en 2008 et ouvert en 2013, ne présente pour ainsi dire uniquement que les caïques impériales, ces immenses barques qui étaient réservées au seul usage du Sultan, de sa famille et de sa cour.

    Pour ce qui est des instruments de navigation, des tableaux, des maquettes, des costumes, des armes, des reconstitutions, etc..., il faudra attendre encore plusieurs mois (la préposée à la vente des tickets m'a parlé de mai... de cette année!).

    (Rectification du 15/07/2018 : la totalité du musée est maintenant accessible, comme vous pourrez vous en rendre compte en rgardant l'album photo !)

    10.jpg

    Mis à part une magnifique galère (l'unique exemplaire semble-t-il ayant survécu à ce jour et dont la datation est comprise entre 1520 et 1650), toutes les précieuses embarcations présentées nous viennent du 19e siècle (ou du tout début du 20e siècle), soit de la fin de l'ère des sultans...

    21.jpg

     

    L'album : Le Musée de la Marine