Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le lac Salda, Nysa et Alinda

37.jpg

Le lac Salda

Le voyage touche à sa fin.

J'en profite pour visiter quelques sites alentours, un peu au hasard, sans savoir vraiment ce que je vais y trouver. Là, une très jolie surprise (Nysa), là un détour décevant (Alinda) et là un lieu assez étonnant, mais sans plus (Salda). 

 

On trouve le lac Salda à une trentaine de kilomètres de la route principale qui relie Pamukkale à Antalya. Ce lac de cratère est reconnu pour être l'un des plus propres et profond (187 mètres !) de Turquie. Ses eaux limpides, riches en magnésium, en soude et en argile lui confèrent également de nombreuses vertus thérapeutiques.

Dans ce lieu protégé depuis une trentaine d'année, ni d'hôtel ni pensions, mais seulement la permission de camper. Comme à Pamukkale, les couleurs extraordinaires attirent évidemment de nombreux couples venant immortaliser leur engagement...  

01.JPG

Le théâtre de Nysa

Nysa, c'est la belle surprise ! Pas parce que le site est à ce point extraordinaire, même si son théâtre n'a pas à rougir face à ceux de Priène ou de Knidos.  Non!, ce qui fait le charme incroyable de Nysa, cette cité grecque de Carie où étudia le grand géographe Strabon, c'est la liberté d'y circuler. Ici pas de barrière, pas de guichet, pas de parking, pas de caméra, et pas de touristes non plus, bien entendu.

Une ville à moi seul, comme si, grand aventurier, je venais de la découvrir...

45.JPG

Le marché et l'agora d'Alinda

La visite d'Alinda fut par contre très décevante. A part la certitude qu'Alexandre le Grand y séjourna quelques temps lors de sa conquête de la Carie, on ne sait pas grand chose de cette pourtant riche cité (il n'y a qu'a voir les dimensions de l'agora et du marché).

L’accès au site est déjà passablement compliqué (caché derrière les ruelles de Karpuzlu), mais une fois sur place, c'est encore pire : aucun sentier ni aucune indication ; je cherche encore le théâtre sous la forêt d'oliviers ! Au bout d'une heure en plein cagnard, j'ai abandonné même l'idée de grimper jusqu'en haut de la colline, septique sur ce que je pourrais y trouver d’intéressant...

Mais bon!, Nysa m'avait ravi. On ne peux pas gagner à tous les coups :)

 

L'album :     Nysa, Salda et Alinda

Les commentaires sont fermés.