Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pat l'expat à Istanbul

  • Beypazarı l'ottomane, capitale de la carotte !

    02) Beypazarı 06aaa.jpg

    La petite ville de Beypazarı (40 000 habitants) se trouve à environ 100 km à l'ouest d'Ankara et pâti un peu du fait d'être excentrée de l'axe autoroutier qui relie Istanbul à la capitale.

    Ainsi donc, sans être particulièrement difficile d’accès, on ne peux pas dire non plus que la pittoresque cité soit envahie de touristes, et ce sont en majorité les Ankariotes qui s'y pressent le weekend afin de s'y ressourcer dans le calme et à l'air pur.

    02) Beypazarı 19.jpg

    Lire la suite

  • La très byzantine mosquée Kalenderhane

    07.jpg

    Il y a bien longtemps se trouvait là des thermes romains, adossés sur les derniers arcs à l'est de l’Aqueduc de Valens. Ce sont sur les ruines de ces bains que furent édifiées une, puis deux églises (au 6e et 7e siècle) et enfin une troisième, vers 1197-1203 sur une partie des vestiges de la seconde. 

    En 1204, suite à la prise de Constantinople par les croisés et la proclamation de l'éphémère Empire latin d'orient (il durera moins de 60 ans !), l'église et ses dépendances monastiques seront attribuées aux moines franciscains.

    Je voudrais revenir un instant sur cette date fatidique de 1204, car c'est elle qui marque réellement la fin de l'Empire romain d'orient (ou byzantin) En effet, si ce sont les ottomans qui porteront le coup de grâce à la prestigieuse cité en 1453, ce sont bien des croisés (avec des manœuvres en sous main de la République de Venise), tous de bons chrétiens donc, qui ont perverti l'esprit initial de la croisade et se sont retournés contre d'autres chrétiens !

    Quand les empereurs byzantins récupèrent la ville en 1261, elle n'est plus que l'ombre d'elle même ! Vidée de ses richesses et d'une grande partie de sa population, elle ne retrouvera jamais sa puissance et deviendra une proie facile pour Mehmet II le Conquérant...

    02.jpg

    Lire la suite

  • Iznik : du concile œcuménique ... à la céramique

    30 La Mosquée verte d'Iznik _04.JPG

    La Mosquée Verte

    La petite ville de Nicée, fut d'abord hellénistique et byzantine, puis ottomane sous le nom d'Iznik.

    Ce que l'on sait moins, c'est qu'elle fut aussi de 1204 à 1261 la capitale de l'Empire Byzantin (Empire de Nicée), après que les Croisés eurent chassé l'empereur hors de Constantinople.

    Appréciée de tout temps comme résidence par les rois et les empereurs, elle accueillit en 325 le premier concile œcuménique des églises chrétiennes, connu sous le nom de "premier concile de Nicée" (un second concile s'y tint également en 787). Ce fut d'ailleurs le premier et l'avant-dernier du genre puisque cet œcuménisme n'allait se reproduire qu'à une seule autre occasion en 381, à Constantinople !

    A l’ère ottomane, Iznik deviendra un centre mondialement renommé pour sa production de céramiques. 

    28 Iznik 01.jpg

    Lire la suite

  • Pergame en son Royaume

    102.jpg

    Le Temple de Trajan

    C'est en 323 avant J-C, à la mort d'Alexandre le Grand, que commence vraiment la riche histoire de Pergame. C'est en effet dans cette citadelle inexpugnable que le diadoque Lysimaque (un de ses lieutenants et héritiers), roi de Thrace et de Macédoine, décide d'entreposer le fabuleux trésor de la conquête qu'il place sous la bonne garde de l'eunuque Philétère.

    Les diadoques ne vont pas tarder, comme de bien entendu, à se faire la guerre et Lysimaque meurt sur le champs de bataille en 281, défait par l'armée d'un autre diadoque, Séleucos, roi de Syrie. 

    Philétère, gouverneur de Pergame et dans un premier temps vassal de Séleucos, s'empare à son tour du trésor ! C'est lui qui fondera l'Etat pergamien et la dynastie des Attalides. La cité connaît son premier âge d'or au 2e siècle av. J-C et rivalise alors avec Alexandrie et Antioche sur le plan artistique ou Éphèse sur un plan plus commercial.

    024.JPG

    Le théatre de l'Asclépéion

    Lire la suite

  • La Cité antique d'Assos et l'île de Cunda

    a) Le pont d'Assos_0.jpg

    Après Çanakkale et Troie, la traversée de la "Troade" se poursuit, nous amenant  tranquillement, soixante dix kilomètres de champs d'oliviers plus au sud, jusqu'à l'antique Assos, cité fondée entre le 8e et le 7e siècle av. J-C par des colons grecs venus de l'île toute proche de Lesbos.

    Au 6e siècle, la ville passe sous la domination des Lydiens puis ensuite de celle des Perses. Elle recouvre son autonomie au terme des guerres médiques et rejoint la ligue de Délos. C'est au 4e siècle av. J-C que la cité connaît son apogée, conduite par le tyran et philosophe Hermias d'Atarnée, un élève de Platon qui, en plus de régner sur la cité, contrôle également une partie de la Troade.

    b) Assos 04.JPG

    Lire la suite

  • Çanakkale / Troie : deux guerres que 3000 ans séparent...

    a) Canakkale _12.jpg

    Le "Cheval de Troie" de Çanakkale

    D'un côté : la fameuse Guerre de Troie, celle qui a marqué notre adolescence, celle de l'Iliade et de l'Odyssée, celle de la belle Hélène, de Pâris, de Priam, d'Hector, d’Agamemnon ou bien encore d'Ulysse !
    Cette Troie légendaire, dont le récit du cycle épique deviendra l'une des pierres fondatrices de la culture grecque, de la philosophie et de la logique ; celle qui annonce l’Athènes de Périclès, de Platon, de Socrate et d'Aristote, les conquêtes d'Alexandre et le grand Empire romain !

    d) Le Musée de Troie _03.jpg

    Le Musée de Troie

    Lire la suite

  • Bursa la Verte, première et éphémère capitale de l'Empire ottoman

    c) Z.jpg

    Bursa est la quatrième plus grande ville de Turquie.

    Important centre industriel et culturel, elle est située au pied du Mont Uludağ, réputé pour ses stations de sports d'hiver !

    La ville s’enorgueillit à juste raison, en plus de ses nombreux parcs et espaces verts (à qui elle doit son surnom !)  d'un époustouflant patrimoine historique (mosquées, mausolées, han,...) légué par les tout premiers membres de la dynastie ottomane, d'Osman Ier à Murat II.

    b) la grande -ulu- mosquée 01.JPG

    Lire la suite

  • La Mosquée du Grand Amiral Kiliç Ali Pasha, né Giovanni Dionigi Galeni...

    01.jpg

    Ce superbe complexe (incluant un hammam, une medersa, un türbe ainsi qu'une magnifique fontaine rajoutée en 1732 par Mahmud I, fut construit entre 1580 et 1587 ; Ce sera l'un des derniers projets d'envergure entrepris, à plus de 90 ans, par le grand Mimar Sinan.

    Si la renommée de cet ensemble somptueux, digne d'un membre de la famille régnante, est due en partie à son concepteur, elle l'est tout autant par l'origine de son commanditaire, Giovanni Dionigi Galeni, un Italien, né pauvre en 1519 dans un petit village de Calabre ! 

    52.jpg

    Lire la suite

  • Le Musée Rezan Has

    14.jpg

    L'histoire de ce musée commence en 1884 quand le gouvernement ottoman, qui souhaite monopoliser l'industrie du tabac, décide d'installer ici, à Cibali (un des quartiers de Fatih, à l'ouest de la Corne d'or), une grande manufacture de tabac.

    Des intérêts privés, d'abord grecs puis français, géreront la manufacture jusqu'en 1925, date à laquelle le tabac devient monopole d'état. C'est la société Tekel (la "Seïta" turque) qui occupera alors les bâtiments jusqu'à leur abandon au début des années 90.

    39.jpg

    Lire la suite

  • La Mosquée Mihrimah Sultan à Üsküdar

    27.jpg

    Cette mosquée, située du côté asiatique d'Istanbul, dans le quartier d'Üsküdar, m'est particulièrement familière puisque je l’aperçois tous les matins en prenant mon café ; et même d’ailleurs en ce moment où j'écris ces quelques lignes !

    Bon d'accord, elle se trouve tout de même 2,2 km de mon canapé, de l'autre côté du Bosphore, mais je ne peux la manquer, édifiée si près de la rive qu'on l'appelle également Iskele Camii (la mosquée de l'embarcadère).

    Dessinée par Mimar Sinan (eh oui, encore lui !) à la demande de la princesse Mihrimah (fille bien-aimée de Soliman et de Roxelane) qui en a ordonné et financé la construction, la mosquée a été édifiée entre les années 1543 et 1548.

    IMG11838.jpg

     Voir l'album ICI

    IMG14037.jpg

    Il suffit d'un simple coup d’œil sur un plan pour réaliser l'originalité de cette mosquée au plan rectangulaire, délicatement posé sur sa terrasse surélevée, et dont le large double portique abrite une fontaine en marbre ainsi que la base des deux minarets. 

    54.jpg

  • Le Musée de la Banque

    21.JPG

    Le Musée de la Banque n'a, il faut bien l'avouer, rien en soit de bien exceptionnel ; mais comme il est à deux pas du débarcadère d'Eminönü, de la Mosquée Neuve ou encore du Bazar Égyptien et qu'en plus l'entrée est libre, il serait dommage de ne pas en pousser la porte !

    Le rez-de-chaussée de l'édifice est généralement consacrée à une exposition temporaire ; celle du moment raconte les prémices de la révolution menée par Atatürk à partir de 1919, il y a donc tout juste cent ans ! Malheureusement, les explications sont uniquement en turc, ce qui gâche un peu cette première visite...

    La "Türkiye İş Bankası" (la Banque Turque du Travail) fut le premier établissement bancaire de la jeune république turque, créé en août 1924 à Ankara par, cela va de soit, le Président Président Mustafa Kemal Atatürk, quelques mois seulement après la proclamation de la République en octobre 1923.

    04.JPG

    La succursale stambouliote (qui abrite aujourd’hui le Musée) prit place en 1927 dans ce bâtiment tout de rose vêtu construit en 1892.
    Réaménagé et ouvert au public il y a une dizaine d'année, ce petit musée donne une idée de ce à quoi pouvait ressembler une banque turque au début du 20e siècle, avec ses guichets au rez-de-chaussée, ses bureaux à l'étage et sa salle des coffres au sous-sol (qui malheureusement n'était pas accessible le jour de ma visite !).

    Ici règne le marbre blanc, le bronze et le bois vernis, sans oublier à l'étage la galerie de portraits de grands banquiers du 20e siècle, assez convenus dans leurs jolis cadres dorés...

    Sont également présentées quelques étranges machines à compter datant des années 1950, ou bien encore cette drôle de collection de petites tirelires...

    20.JPG

    Le petit album est ici

  • Le Pavillon des Sultans de la Mosquée "Yeni Camii"

    13.jpg

    La "Yeni Camii" (Mosquée Neuve) d'Eminönü fut finalement, après une construction semée d'embûches, inaugurée en 1665.

    On trouve à l'arrière de cette dernière (en face du Musée de la Banque) le Pavillon des Sultans (Hunkar Kasrı), consistant en une large rampe couverte reliant la rue à quelques grandes pièces au premier étage, toutes recouvertes de magnifiques carreaux d'Iznik.

    Durant le mois du Ramadan, cette rampe permettait aux sultans d'arriver à cheval jusqu'au pavillon directement relié à l'édifice religieux.

    Ils pouvaient alors s'y reposer, s'y rafraîchir ou bien encore prier avant de se rendre à la mosquée...

    L'album se trouve ICI

    19.jpg

  • La Mosquée Laleli

    35.jpg

    A deux stations de tram du Grand Bazar, un peu à l'abri des regards, s'élèvent cette très jolie mosquée impériale voulue par Mustafa III, sultan Ottoman de la seconde partie du 18e siècle (il régna 16 années, de 1757 à 1774).

    On y trouve d'ailleurs en premier lieu, donnant sur la rue, son "turbe" (mausolée), décoré de magnifique carreaux d'Iznik. Ce dernier abrite également le cercueil son fils Selim III ainsi que ceux d'autres membres de la famille impériale...

    Cette mosquée est assez différente (et plus modeste) des très classiques "Sultanahmet" ou "Sulemaniye", en cela qu'elle est bâtie sur une terrasse dont le sous-sol abrite des magasins (dont les loyers servaient à financer le complexe), et d'autre part parce qu'elle s'inscrit dans un style plutôt baroque, en pierre et brique rouge.

    On accède à la cour par deux impressionnantes volées d'escalier, au nord et à l'ouest, alors qu'une galerie couverte, en pente, mène jusqu'à l'entrée Est ! 

     

    L'album photo se trouve ICI

     

    24.jpg

  • Le Musée de l'histoire des sciences et techniques en Islam

    08.JPG

    Encore un musée ignoré par la presque totalité des touristes, par trop épuisés après les visites de Sainte-Sophie, de la Mosquée bleue, du Grand Bazar, de la Citerne Basilique, ou bien encore du Palais de Topkapı en contrebas duquel se trouve d'ailleurs le-dit Musée de l'histoire des sciences et des techniques en Islam.

    Pourtant, ce dernier, ouvert en 2008 dans les anciennes écuries impériales sises dans le parc de Gülhane et très joliment scénographié, réserve son lot de surprise, surtout pour qui ne comprend guère la sciences des mesures, qu'elle soit du temps ou de l'espace.

    Dont bien entendu, en premier lieu, votre humble serviteur :)

    01.JPG

    Lire la suite

  • La Mosquée Molla Çelebi, l'oeuvre ultime de Sinan

    13.jpg

    Mimar Sinan fut l'un des plus prestigieux architectes de son temps, mais surtout le plus grand de l'histoire ottomane. Son génie reste inversement proportionnel à la  taille de son modeste mausolée qui s'élève à moins de deux cents mètres de celui de Soliman le Magnifique !

    D'origine chrétienne, enrôlé de force dans l'armée dès son plus jeune âge et convertis à l'Islam (dans le cadre du "Devchirmé"), formé pour devenir ingénieur, Mimar Sinan participera la première moitié de sa vie à de très nombreuses campagnes militaires, de l'Autriche à l'Egypte, en passant par l'Iran, l'Irak et la Syrie, avant d'enfin se consacrer pleinement à l’architecture. Il construira son premier pont à presque 40 ans ! 

    14.jpg

    Lire la suite