Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les blogs, c'est fini...

 

pat_30  l'expat.JPG

Cette histoire (et pour quelques-uns d'entre vous, "notre histoire") a commencé il y a 15 ans, en juillet 2005.

Je partageais alors déjà depuis des mois, avec mes proches et mes amis, des "Nouvelles d'Egypte", un texte Word que je diffusais en ajoutant laborieusement les courriels de chacun, hébergés chez "aol", "noos", "freesbee" et autres "wanadoo" et "caramail".fr !

Capturead.JPG

Afin d'ajouter quelques images à ces mots, je publiais aussi quelquefois des albums sur le site "yamafoto" (sic !) dont je reprenais les liens internet dans mes emails !  

Devant l'abondance de ce que je découvrais en Egypte, j'ai alors vite recherché un moyen plus direct et plus visuel de m'adresser (aussi plus fréquemment) à vous : "pat l'expat au Caire" était né ! 

Pat l'expat au Caire.JPG

C'était, je dois l'avouer, l'époque de l'explosion des blogs et  je publiais un ou deux billets par semaine. Cette effervescence était également portée par une poignée de francophones, souvent expatriés comme moi, qui écrivions presque quotidiennement sur Le Caire et l'Egypte. Il nous arrivais même de nous réunir autour d'un verre...

Mon "histoire égyptienne" prenait fin mais annonçait une toute prochaine année sabbatique. Le temps était venu pour un nouveau blog , "pat l'expat à paname". Depuis Paris, je pouvais de nouveau vous raconter mes petits voyages et mes grandes découvertes !

à paname.JPG

En 2012, après quatre années parisiennes, c'était à présent le continent américain qui s'offrait à mon insatiable appétit de découverte, et plus particulièrement l'immense, sauvage et passionnante Argentine ; elle-même bordée par le Chili, la Bolivie et le Brésil, d'autres potentiels et merveilleux terrains de jeu. Il me devenait impossible de faire l'économie d'un nouveau blog (malgré l'immensité de la tâche qui s’annonçait) et "pat l'expat à Buenos Aires" naissait à son tour...

A BA.JPG

"pat l'expat à Istanbul" vient donc clore, 15 ans après, cette quadrilogie dont je suis, au fond de moi, plutôt fier.

A travers (mais oui j'ai fais mes calculs !) près de 1600 articles et plus de 18000 photos (auxquelles il faut ajouter les 5000 photos à découvrir sur Flickr), j'espère n'avoir eu de cesse, tout au long de ces années, de vous proposer des textes construits, didactiques et étayés (et je l'espère sans trop de fautes), accompagnés de photographies plutôt plaisantes à regarder.

pat_30  l'expat.JPG

Le temps des blogs est pratiquement révolu. Trop de gens ne prennent même plus le temps de lire quelques petites et malheureuses lignes ; même Facebook leur semble par trop fastidieux. Nous sommes entrés dans le monde "d'un mot une photo", "d'une photo sans un mot" ; ou bien encore dans celui de fulgurantes "stories", parfois bruyantes et trop souvent insipides...

Malgré cela, je reste accro et ne serais jamais bien loin ; je n'ai sans doute ni la force ni suffisamment d'abnégation, tel un Bilbon Sacquet (Bilbo Baggins pour les puristes) pour me carapater et définitivement disparaître. 

A ces blogs subsisteront donc ma page Facebook, mes albums sur Flickr ainsi que mon compte pat l'expat sur Instagram :

 

Ma page "pat l'expat" sur Facebook

 

Mes albums photos sur FlickR

 

pat l'expat sur Instagram

 

 

Merci à vous ! Merci pour tout !

 

 

Commentaires

  • Même si sincèrement, je regrette cette fin de séries, Patrick, pour avoir un jour fait le même choix, je comprends aujourd'hui le tien. Certes, les remerciements que tu nous adresses pour t'avoir suivi sont aimables mais sache que, personnellement, j'estime que c'est à nous tous de grandement te remercier. Et pour n'envisager que ma propre personne, je voudrais en toute sincérité t'écrire que tu m'as tellement appris de choses au fil de tes pérégrinations professionnelles que j'ai compris que même doté d'une bibliothèque exceptionnelle d'Enseignant féru d'Histoire antique, et parce que je n'ai évidemment pas autant que toi voyagé, je ne connaissais pas le tiers du quart de la moitié de ce que tu as m'a appris parce que vu de tes propres yeux. Et pour tous les regards sur tes mondes qu'ici tu as partagés, jamais je ne pourrai te remercier à leur juste valeur ...

    Bon vent Patrick. À toi et, je l'espère, à vous deux ...
    Immensément reconnaissant, Richard.

Les commentaires sont fermés.